• La guerre 1870/71

    Bien qu'il n'y ait aucune attestation du passage de formations allemandes à Bezonvaux au cours de l'invasion de 1870, il serait exceptionnel que le village ait échappé à des mouvements de troupe ou simplement à des reconnaissances.

    En effet, la 5e division de cavalerie (5.Kav.D.) est à Etain le 22 août : elle appartient au détachement d'armée créé le 19 août 1870 après les batailles autour de Metz, à partir d'éléments de la 3' armée allemande. Au sein de ce détachement, qui est connu sous le nom d'armée de la Meuse et se met en marche vers l'Ouest, le Xlle corps d'armée est à Jeandelize le 22. II apparaît devant Verdun le 24 et sa 23' division d'infanterie débouche des Hauts-de-Meuse à l'est de la ville. Un bataillon de cette grande unité saxonne s'avance jusqu'au Faubourg Pavé, tandis que les hauteurs autour de la ville se couvrent d'artillerie. Le 25, la 5.Kav.D. est dans la région de Damvillers, avec un régiment qui incendie Lamouilly dans la nuit du 25 au 26. Le 27, le reste de l'armée de la Meuse continue son mouvement sur Damvillers et occupe les ponts de Dun et Stenay. Au soir de ce jour, le IIe corps, venant de Metz, couche à Étain et aux environs.
    Après la surprise du 24 août, le siège en règle de Verdun est organisé par les Allemands qui se renforcent après la capitulation de Sedan. Evidemment, les assiégeants se répandent dans la campagne aux alentours et font supporter aux populations une partie des charges de ce siège. Un recensement effectué en 1873" montre que 68 familles de Bezonvaux - qui compte alors 248 habitants - ont subi des pertes au cours de la guerre de 1870/71, sous la forme de réquisitions en nature, logement et nourriture de troupes, pillages et dommages de toute nature. La commune a même été frappée d'une amende de 6 203 francs en raison de l'action de francs-tireurs dans la région. Au total, les pertes causées par l'invasion se montent à 19 878 francs de l'époque.